Droit de réponse

polacdroitdereponse

Le 12 décembre 1981 est lancée sur TF1 une émission qui deviendra culte au fur et à mesure du temps : Droit de réponse. L’initiateur est Michel Polac. Le journaliste et animateur souhaite reprendre les ingrédients qu’il avait mis en place,10 ans auparavant, dans sa précédente émission « Post-scriptum ». Une émission de débat, en direct où sont invités des journalistes, des humoristes, des écrivains… autour de thèmes culturels et d’actualité.
Le plateau prenait la forme de différentes tablées où discutaient librement ces différents protagonistes dans une enveloppe où le tabac s’envolait à souhait.
C’est à 20h30, que chaque samedi ce rendez-vous avait lieu sur la première chaîne de télévision. Pour la première la thématique consacrée est la littérature populaire avec notamment en invité Gérard de Villiers (auteur de la série SAS). On retrouvait aussi Cavana, Coluche, Depardieu…
Michel Polac mettait en avant cette mixité des genres : « C »est un mélange et j’espère que grâce à ce mélange on pourra s’apercevoir que les Français puissent communiquer entre eux. ».  Les télespectateurs n’étaient pas laissés à l’écart et pouvait intervenir via le standard de SVP.
Au fur et à mesure des semaines l’émission trouve son ton : liberté de parole alliée au direct avec un mélange de personnalités parfois détonnantes. Le résultat était un véritable spectacle polémiste où la forme était aussi importante que le fond dans l’attrait des télespectateurs. On se souviendra notamment de l’émission dédiée à la disparition de la première formule de Charlie Hebdo où se sont retrouvés dans une belle pagaille les soutiens du journal avec celui du journal Minute. Une autre fois l’émission s’était interrompue suite à une bagarre qui eu lieu avec des personnes du public. On ne savait jamais comment l’émission allait se terminer. Pour beaucoup Droit de réponse est l’ancêtre du talk-show divertissement un peu à l’image des émissions de Thierry Ardisson, le direct en plus.
Michel Polac reçu ainsi le 7 d’or du meilleur animateur de télévision en octobre 1986.
Toutefois des changements au sein de la chaîne allait mettre un terme à l’aventure. TF1 fut privatisée en avril 1987 et confiée au groupe Bouygues. Michel Polac lors de la transition de ce statut de TF1 se montra confiant : »Aux dernières nouvelles, Droit de réponse n’est pas menacé ». Toutefois en septembre 1987 une émission montra une caricature de Plantu peu flatteuse envers la CNCL (Commission nationale de la communication et des libertés). La chaîne demanda à Michel Polac de rectifier le tir, la semaine suivante ce fut un dessin de Wiaz caricaturant Francis Bouygues, nouveau PDG de TF1, qui mit le feu aux poudres (« Une maison de Maçon, un pont de Maçon, une télé de M… »). Michel Polac fut licencié et l’émission arrêtée.
Il y aura eu plus de 200 émissions de Droit de réponse. Cette émission reste le témoin d’une époque de transition à la télévision entre une explosion de liberté de ton et les prémices de la télévision commerciale.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s