La rentrée 1987 des chaînes de télévision

Le mois de septembre constitue une période clée pour les chaînes de télévision. Après les traditionnelles rediffusions et grilles de transition durant l’été, c’est le moment choisi pour lancer de nouvelles émissions, de nouveaux concepts…La rentrée de septembre 1987 est sans doute une des plus denses de l’histoire de la télévision sur fond de bataille des chaînes commerciales.

Le paysage audiovisuel français a connu de grands bouleversements lors du premier semestre 1987. La chaîne musicale TV6 a laissé sa place à une chaîne plus généraliste M6. Quant à La Cinq si elle est restée à l’antenne, sa concession a été renouvelée  dans le cadre d’un partenariat entre Silvio Berlusconi et Robert Hersant afin d’en faire une grande chaîne nationale. Mais le changement majeur fut sans doute sur TF1. La chaîne historique de la télévision française a été privatisée au profit du groupe Bouygues et de ses associés.
Au final le paysage audiovisuel français (PAF) se retrouve avec 3 chaînes généralistes privées (dont une à dominante musicale), 2 chaînes généralistes publiques et une chaîne privée payante.

Le rêve de La Cinq

Cinq you la Cinq©La Cinq/DR


La Cinq souhaite faire oublier la petite chaîne aux émissions italiennes et aux séries américaines pour devenir enfin La grande chaîne française incontournable. La privatisation de TF1 ne lui laisse d’ailleurs pas le choix et la direction songe à la concurrence frontale avec la grande chaîne privée qu’est la Une. Elle s’en donne les moyens avec un nouveau siège (situé Boulevard Pereire) et la création d’une véritable rédaction d’information. Ces éléments étaient constitutifs de l’argumentaire développé par Robert Hersant et ses collaborateurs à la reprise de la chaîne.

Pour être une véritable chaîne généraliste, La Cinq doit avoir de grandes émissions populaires avec des stars « qui sont dans le cœurs des gens » pour reprendre cette volonté affichée de Silvio Berlusconi. A cette époque c’est surtout sur TF1 que l’on retrouve ces grandes vedettes. C’est avec des contrats financiers conséquents que La Cinq débauche 3 animateurs de la Une : Patrick Sabatier, Stéphane Collaro et Patrick Sébastien. Celles-ci seront la vitrine clinquante de la Cinq chargées d’exploser les audiences. Les animateurs reprennent les ingrédients qui ont fait leur succès de leurs émissions sur TF1.
A leurs côtés débarquent également de TF1 Michel Robbe qui quitte « La Roue la Fortune » pour présenter le jeu quotidien de la Cinq « La porte magique » ainsi que son pendant hebdomadaire pour les enfants :  « En route pour l’aventure ».
Au niveau de l’information, là aussi La Cinq souhaite reprendre des journalistes bien connus de la première chaîne : Jean-Claude Bourret, Marie-France Cubbada, Pierre-Luc Séguillon…. La chaîne souhaite devenir une chaîne d’information capable de concurrencer les journaux de TF1 et d’Antenne 2.
La Cinq n’oublie pas le jeune public avec notamment Childeric Muller.
Childeric Muller (qui fut l’animateur phare de la chaîne musicale TV6) proposera un rendez-vous musical « Childéric ».
Enfin Thierry Ardisson proposera à La Cinq des émissions comme « Bains de minuit » ou « Face à France » permettant à La Chaine d’asseoir cette différenciation comparée aux autres chaines.
La campagne publicitaire affiche les ambitions de La Cinq avec son fameux « Cinq you La Cinq ».

La résistance de TF1

y'en a qu'une©TF1/DR

TF1 semble, à première vue, être la grande perdante de ces départs vers La Cinq et pourtant la chaîne privée réussit à tirer son épingle du jeu. Francis Bouygues, nouveau PDG de la 1ère chaîne, considère d’ailleurs que « les stars sont partis pour des salaires beaucoup trop élevés« .
Si La Cinq est allée reprendre des personnalités de la Une, cette dernière fera de même avec Antenne 2. Ainsi TF1 souhaite renforcer son secteur jeunesse. Depuis 9 ans Dorothée et RécréA2 règnent sur cette thématique. L’animatrice vedette de la 2ème chaîne arrive sur TF1 en tant que responsable de l’unité jeunesse mais aussi en tant qu’animatrice du « Club Dorothée » avec aux commandes le groupe AB Productions qui travaillait déjà sur RécréA2 ainsi que sur la carrière musicale de Dorothée. Cette dernière emmène avec elle d’autres personnalités de RécréA2 : Ariane, Corbier et Patrick Simpson Jones. Jacky avait déjà basculé sur la 1ère chaîne, un an auparavant et réintégrera donc cette joyeuse équipe.
Si les vedettes des émissions de variétés ont quitté la Une, la chaîne ne compte pas rester les bras croisés.
Ainsi deux autres personnalités d’Antenne 2 arrivent sur TF1 : Jean-Pierre Foucault (L’académie des 9) et Christophe Dechavanne (c’est encore mieux l’après-midi). Ils proposeront des émissions de variétés qui marqueront l’histoire de TF1 : Sacrée Soirée, Disney Parade ou bien encore Ciel mon mardi !
Du côté de l’information Michèle Cotta devient directrice de l’information. Yves Mourousi et Marie-Laure Augry sont confirmés au 13h tandis que Bruno Masure et Patrick Poivre d’Arvor héritent du 20h.
Pour TF1 le leitmotiv reste « Il n’y en a qu’une c’est la une« .

Le réalisme de M6

M6 [Converti]©M6/DR

Face à ces batailles des chaînes généralistes, M6 se repositionne. Les premiers mois de M6 furent un « copier-coller » de RTL télévision tout comme La Cinq des débuts fut une copie de La Cinque italienne. A la différence de la cinquième chaîne, la 6 construit sa grille de rentrée autour du principe de contre-programmation avec comme slogan « La petite chaine qui monte qui monte ». A l’heure du journal télévisé de 20h (sur TF1, A2 et La Cinq), M6 programme une série. Son rendez-vous de l’info prend la forme de courtes pastilles : 6 minutes et M6 express. M6 consolide également son visage musical hérité de feu TV6 avec des émissions telles que HIt Hit Hourra ou bien boulevard des clips.
Toutefois M6 ne peut se définir comme un robinet à séries ou à clips musicaux. Ainsi on retrouve un animateur qui fera, par la suite, la joie des grandes chaînes nationales : Nagui. Il sera l’un des animateurs phares de la chaîne. De même des émissions cultes s’installent comme le fameux « Culture Pub ».
La sobriété est de mise également avec un nouveau logo et un nouvel habillage antenne signée On/off (Matthias Ledoux et Etienne Robial, à qui on devait notamment le logo et l’habillage de Canal+).

L’audace de Canal+

logocanal+

©Canal+/DR

Canal+ tire l’essentiel de ses revenus par ses abonnés, par conséquent les enjeux ne sont pas les mêmes que les chaînes gratuites. Néanmoins la chaîne lance en cette rentrée une émission qui fera date dans son histoire, témoin d’un âge d’or qu’aujourd’hui encore nombre de téléspectateurs évoquent avec nostalgie. Cette émission sera « Nulle part ailleurs » et donnera le ton de ce qu’on appellera « L’esprit canal ». Philippe Gildas est le chef de bande d’un talk show qui se lâche dans l’humour et le traitement de l’information avec des trublions qui deviendront les animateurs phares du PAF. Quant aux autres émissions en clair telles que le Top 50 ou demain, elles restent à l’antenne.

La passion d’Antenne 2

A2

©Antenne2/DR

Avec les changements intervenus en 1987, Antenne 2 se retrouve être la chaîne vitrine du service public. Son PDG, Claude Contamine, confirme ainsi lors de la conférence de presse de pré-rentrée « Nous sommes une télévision publique, nous sommes la 1ère de ce pays. Nous devons un modèle d’ouverture, un modèle de création.« 
La plupart des émissions emblématiques de la chaîne restent à l’antenne : Champs-Élysées, Apostrophes, Récré A2 (amputée d’une bonne partie de son équipe)…
Toutefois à l’antenne viendront s’ajouter quelques nouveautés comme La Marche du Siècle de Jean-Marie Cavada qui deviendra par la suite une émission référence du service public ou bien l’Assiette Anglaise de Bernard Rapp.
Si Stéphane Collaro est parti sur La Cinq, son accolyte Jean-Roucas débarque sur Antenne 2 avec l’émission « Cadet Roucas ».
Une grande campagne de publicité a lieu durant l’été 1987 sous le slogan : « Profession passion ».
A la rentrée, à l’antenne ce slogan deviendra « A2, A2 passionnément » avec un nouvel habillage et une évolution du logo à dominante gris.

Le relief d’FR3

fr3reliefdelavie2

©FR3/DR

Deuxième chaîne du service public, FR3 souhaite également en cette rentrée se donner une nouvelle image. Comme l’explique son PDG, René Han à l’époque : « Nous sommes prêts à nous diversifier. FR3 reste une chaîne généraliste même si elle met l’accent sur les programmes culturels sans pour autant donner dans l’élitisme« . Cette volonté passe par un changement d’habillage à l’antenne et d’un slogan « Le relief de la vie ». Mais aussi par de nouvelles émission à l’image de l’émission culturelle Océaniques. Toutefois comme Antenne 2, FR3 s’appuie sur ses programmes qui ont fait l’identité de la chaîne depuis plusieurs années ou quelques mois : Thalassa, La Classe, Le Divan…FR3 reste également la chaîne du cinéma (La dernière séance, le cinéma de minuit…), de l’information (19/20, Soir 3…) et des régions. 

TF1, chaîne leader

TF1logo1987©TF1/DR

La chaîne vainqueur de cette rentrée est sans nul doute TF1. La chaîne met en place des animateurs et des programmes qui s’inscriront sur la durée (10 ans pour le Club Dorothée, 7 ans pour Sacrée Soirée…) et qui deviendront des valeurs sûres de l’antenne. A noter le renvoi de Michel Polac qui avait fait grand bruit à l’époque.
La chaîne consolidera à partir de cette époque sa place de numéro 1 en terme d’audience. Aucune chaîne n’a pu la dépasser depuis dans la durée.
Sur le podium on retrouve également la sixième chaîne. Le pari (et la nécessité) d’M6 d’être une chaîne de complément se révélera payant mais sur le long terme et avec également la disparition de La Cinq. C’est progressivement qu’M6 deviendra une grande chaîne nationale.
La Cinq sera sans doute la grande perdante de cette rentrée télévisuelle. Elle pensait devenir la grande chaîne nationale privée capable de concurrencer TF1 mais elle devra revoir ses ambitions.
Les anciennes vedettes de TF1 retrouveront leur chaîne d’origine au bout de quelques mois. Globalement, seule l’information arrivera à se distinguer et à se maintenir à l’antenne. Au début de l’année 1988 se transforme et devient une chaîne : info-série-cinéma. Une chaîne de complément. Ce sera aussi le début des ennuis financiers de la chaîne mais également une instabilité au niveau de ses actionnaires.
Le service public connaîtra des baisses d’audience pendant de nombreuses années même si de nombreuses émissions s’installeront et traverseront les différentes tempêtes de l’audiovisuelle public. Un an après cette rentrée le rapprochement entre Antenne 2 et FR3 sera effectif avec l’instauration de la présidence commune des deux chaînes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s